LA QUESTION DE SYNTHESE

 

I)                    LES CRITERES D’EVALUATION D’APRES LES INSTRUCTIONS OFFICIELLES :

 

1°) L’épreuve : La durée de l’épreuve est de 4 heures, et son coefficient est de 7.

 

2°) Les formes de l’épreuve : La question de synthèse est étayée par un travail préparatoire : les deux épreuves s’articulent et sont considérées comme complémentaires. Cinq à huit questions sont proposées, s’appuyant sur trois ou quatre documents différents. Il y a trois types de questions : celles portant sur la maîtrise des outils statistiques, celles portant sur la maîtrise des concepts, des questions d’analyse.

Le candidat doit rassembler les informations pertinentes ( travail d’analyse ) afin de les organiser pour répondre à la question posée ( travail de synthèse ). Le travail de synthèse, dans un second temps, sera lui même organisé de la façon suivante : introduction, développement, conclusion. Cette synthèse sera de l’ordre de trois pages.

 

3°) Les critères d’évaluation : Il est demandé de savoir :

-  éclairer le sujet à partir du travail préparatoire, qui sert de support à la question de synthèse ;

-  répondre clairement à la problématique proposée, par une argumentation suivie et critique ;

-  solliciter ses connaissances personnelles ;

-  composer un développement de l’ordre de trois pages.

 

4°) La grille indicative d’évaluation du bac : L’épreuve comporte deux parties notées chacune sur 10. Lors de la première partie, les questions sont notées sur un ou deux points. Le travail préparatoire évaluent le niveau de connaissances (définitions, explication des mécanismes essentiels, utilisation des doctrines et des auteurs…), la maîtrise des techniques ( calculs, lectures des graphiques…) et les capacités d’analyse du candidat.

La question de synthèse sera notée selon le barème indicatif suivant ( donné ici sur vingt points ) :

introduction ( 3 points ): présentation du sujet.

-          description pertinente du contexte dans lequel se pose le sujet (cadre spatial, temporel) 

-          définition des termes clefs ;

-          reprise ou reformulation de la question ;

-          annonce du plan.

Plan (5 points ) :

-          respect du plan indiqué par le sujet ;

-          structure interne des parties ;

-          introduction des parties, transitions ;

-          cohérence de l’argumentation.

Utilisation du travail préparatoire ( 4 points ) :

-          synthèse des informations, données statistiques, idées, mécanismes, analyses, théories…avec renvoi au travail préparatoire, questions et documents référencés entre parenthèses.

Apports personnels complémentaires ( 6 points ) :

faits analyses et théories non abordés dans le travail préparatoires :

-          liés aux documents ;

-          extérieurs aux documents.

Conclusion ( 1 point ) :

-          synthèse ;

-          ouverture.

Forme ( 1 point ) :

-          orthographe ;

-          style ;

-          présentation ;

-          respect de la règle de longueur ( 3 pages avec une marge de tolérance ).

5°) La gestion du temps : Le temps de préparation est déterminant, mais sa durée peut varier d’un individu à l’autre. A titre indicatif, on peut proposer l’organisation suivante :

deux heures sur chaque partie ( partie travail préparatoire et partie synthèse ).

-          Soit quinze minutes de réflexion initiale sur la lecture rapide des documents et sur le sujet de la synthèse.

-          Soit 1 heure d’analyse des documents et de travail sur brouillon sur les questions posées.

-          Soit trois quart d’heure de rédaction des réponses aux questions et de relecture.

-          Soit 1 heure de travail au brouillon sur le sujet de synthèse ( extraire d’autres informations des documents fournis, rassembler des connaissances personnelles, élaborer un plan détaillé à partir des axes données par le sujet…)

-          Soit un heure de rédaction et de relecture ( 5 à 10 minutes ).

 

II)                LES TRAVAIL PREPARATOIRE :

 

Il y a trois types de questions ( on l’a vu plus haut ) :

-          celles portant sur la maîtrise des outils statistiques ;

-          celles portant sur la maîtrise des concepts ;

-          les questions d’analyse.

 

1°) La maîtrise des outils statistiques :

On peut vous demander d’expliquer la signification de phrases, de points isolés sur un graphique ou de statistiques d’un tableau. Ce type de question permet de vérifier la maîtrise des outils et des savoir-faire ( réalisation de calculs ).

 

2°) La maîtrise des concepts :

Il s’agira de définir certains termes d’un texte ou d’un document statistiques, de distinguer plusieurs notions.

 

3°) L’analyse :

Les questions d’analyse représentent généralement deux tiers des questions du travail préparatoire. Elles ont pour objet de :

-          mettre en évidence des informations, leur donner du sens ;

-          illustrer par des exemples la thèse soutenue par l’auteur ;

-          apporter des contre-exemples ;

-          développer des arguments, détailler les mécanismes ou analyses suggérées par le document ;

-          relativiser, critiquer l’analyse proposée ;

-          confronter analyses théoriques et faits ;

-          établir des liens entre les documents ;

-          interpréter ou réaliser un schéma.

 

La réponse aux questions de maîtrise d’outils statistiques et de concepts ne doit pas excéder une dizaine de lignes ; en revanche, des développements plus longs sont souvent nécessaires pour les questions d’analyse.

Il est très important de rédiger ses réponses aux questions. Il ne suffit pas de faire un calcul ou de donner une réponse brève. Il faut argumenter, démontrer. La bonne réponse est celle qui utilise le calcul exact mais l’éclaire par une rédaction efficace. La concision reste cependant utile et la démonstration doit être claire et courte.

 

III)             LA QUESTION DE SYNTHESE :

 

La synthèse est nécessairement plus brève qu’une dissertation. De plus, pour mener la synthèse, à la différence de ce qu’il doit faire pour une dissertation, le candidat n’a pas à trouver une véritable problématique personnelle. Il aura toutefois à respecter celle qui lui est imposée.

 

1°) Le contenu :

La réponse à la question de synthèse implique de combiner trois éléments :

-          L’utilisation du travail préparatoire ;

-          L’exploitation complémentaire des documents ;

-          L’apport des connaissances extérieures aux documents.

 

2°) Le plan :

Le plan d’ensemble est strictement donné par l’énoncé de la question de synthèse, vous devez obligatoirement adopter ce plan. Une fois que vous avez rassemblé, pour chaque grande partie, les apports du travail préparatoire, les informations complémentaires que vous pouvez extraire du document et vos connaissances extérieures, il faut trouver la structure interne de chaque partie ( les sous-parties ). Selon les sujets, il y a plusieurs possibilités :

-          présentation des arguments par ordre croissant d’importance ;

-          constat / explications ;

-          constat / causes / conséquences ;

-          analyse théorique / confrontation aux faits ;

-          objectifs / moyens / résultats ;

-          causes internes /  externes ;

-          conjoncturel / structurel ;

-          court terme / long terme ;

-          effets directs / indirects ;

-          qualitatif / quantitatif ;

-          micro / macro ;

-          économique / sociologique ;

-          sphère monétaire / sphère réelle ;

-          par rapport aux différents agents ( ménages, entreprises, Etat ) ;

-          opposition entre deux interprétations.

 

3°) La rédaction de la réponse à la question de synthèse :

Il s’agit d’une synthèse, vous devez donc faire un effort de concision, c’est-à-dire présenter les différents arguments par quelques phrases qui résument les idées principales. En particulier, vous ne devez pas recopier les réponses aux questions du travail préparatoire, mais synthétiser un argument développé dans le travail préparatoire et noter entre parenthèses la référence à la question. En ce qui concerne des arguments relatifs à l’exploitation complémentaire des documents, vous pouvez développer davantage et vous devez préciser la référence au document.

Les connaissances extérieures aux documents peuvent faire l’objet d’un développement plus long, mais sans excès : ne perdez pas de vue que la longueur de la réponse à la question de synthèse est limitée !

Veillez à bien séparer l’introduction, le développement et la conclusion ( sautez plusieurs lignes ). Séparez également les deux parties du développement et allez à la ligne après chaque sous-partie.